Déclaration CTA du 4 février 2016

mardi 9 février 2016
par  Audrey Moreau
popularité : 1%

La fumeuse, pardon, fameuse réforme du Collège nous avait fait miroiter la création de 4000 postes pour faciliter sa mise en œuvre. Et si on fait les comptes, pour la rentrée 2016, il est prévu 2800 créations d’emplois enseignants pour accueillir 37000 lycéens supplémentaires, sans compter les redoublants de Terminales qui se réinscriront dans leur établissement d’origine.

Dans les collèges les problèmes que le SNES avait anticipés se concrétisent : les collègues sont souvent obligés de produire des projets d’EPI ou d’accompagnement avec pour seul objectif de montrer que la réforme se met en place. Mais qu’importe le contenu pourvu qu’on ait un affichage, une plaquette. Et à la rentrée, après les mutations intra, ces beaux EPI de papier vont être imposés aux nouveaux collègues fraichement arrivés dans les établissements qui se verront obligés de porter des projets qui ne sont pas les leurs. En parallèle, maintenant que l’éducation prioritaire n’est plus au devant de la scène, de nombreux collèges REP+ nous ont avertis qu’à la rentrée leur dotation complémentaire REP+ allait baisser, sans compter la disparition de certaines bilangues, la perte des DP 3, les 6 h de DP6 qui se retrouvent intégrées dans la ligne « dotation aux formations » alors qu’avant elles étaient sur une ligne à part dans « les motifs de variation ». Le SNES demande d’aileurs son rétablissement sur une ligne à part avant qu’on les fasse disparaître pour de bon.

La toute dernière réforme du collège si pédagogique consisterait-elle tout simplement à déshabiller Paul pour habiller Jacques ? On ose à peine y croire ! Et on comprend pourquoi cette réforme reste toujours rejetée par les syndicats représentant 80 % de la profession. Alors vous allez nous dire que cette dotation en moyen supplémentaire sur le terrain est la plus importante depuis bien longtemps comme l’a dit Mme La Ministre, mais en fait elle est bien faible au regard des nécessités et en analysant les chiffres de plus près le budget du second degré public n’augmente que de 0,8 %. Voilà en effet « un effort sans précédent » pour continuer à citer Mme La Ministre.

A la Réunion cela se traduit par une création de + 20 postes dans le second degré qui vont certainement aller aux lycées (vu l’augmentation des effectifs) tandis qu’au collège nous avons -766 Heures Postes donc une suppression d’environ 43 postes !

Mme La Ministre pourra marteler à l’envi la création de 4000 postes (qui ne sont pour l’instant que 2800) alors que d’un autre côté + de 2200 postes aux concours n’ont pas été pourvus rien que l’an dernier car le métier, on le sait, n’attire plus. Malgré tout cela, réforme du collège ou pas, crise de recrutement ou pas, autant de postes sont mis au concours dans le second degré en 2016 qu’en 2015 alors qu’entre 2013 et 2016, les postes mis au concours dans l’enseignement privé ont augmenté deux fois plus que dans le public. A ce rythme là, comment va-t-on arriver aux 60000 postes promis par M Le Président ?


VOIR la Déclaration Liminaire des représentants des personnels (FSU - SAIPER - FO)
au CHSCT du 15 février 2016


Brèves

Snes-Info 207 spécial votes d’orientation

mardi 15 mai
PDF - 1.3 Mo
SNES-INFO 207 spécial votes d’orientation

Snes-Info 206 spécial intra

lundi 26 mars
PDF - 1.1 Mo
SNES-INFO 206 special intra

Snes-Info 205 spécial congrés académique

mercredi 21 mars
PDF - 5.9 Mo
Snes-Info 205 spécial congrés

Snes-Info 204 spécial RA-RF

samedi 3 février
PDF - 2 Mo
Snes-Info 204 spécial votes RA-RF

Page Facebook du Snes-Fsu Réunion

samedi 18 novembre 2017
PDF - 4.8 ko

twitter

samedi 18 novembre 2017
PDF - 5.6 ko