CAPA de promotion à la Hors classe des agrégés 2017

vendredi 28 avril 2017
par  Franco SFERRA, Santiago Alonso
popularité : 1%

La CAPA de promotion à la hors-classe des agrégés s’est tenue à 14h30, le vendredi 28 avril, sous la présidence du Secrétaire Général de notre académie.
Pour la dernière année avant l’entrée en vigueur du PPCR, sont promouvables, sans avoir à faire acte de candidature, les professeurs agrégés en activité, en détachement ou mis à disposition, ayant atteint au moins le 7ème échelon de la classe normale au 31 août de l’année en cours.
Sur les 422 collègues promouvables, La Réunion pouvait proposer 20% des effectifs pour examen en CAPN, soit 85 dossiers, ce qui devrait porter à une trentaine le nombre de promus à la hors classe pour 2017.
Dans leur déclaration liminaire et lors des débats, les commissaires paritaires de la FSU (SNES, SNEP et SNESup) ont rappelé à l’administration certaines préconisations de la note de service ministérielle n° 2016-191 du 15-12-2016, comme l’obligation réglementaire faite aux rectrices et recteurs de proposer tous les collègues ayant un avis TRES HONORABLE ou plus et au moins 3 années et 1 jour d’ancienneté dans l’échelon 11 (11 + 4), ainsi que tous les collègues bénéficiant de l’avis EXCEPTIONNEL et ce, quel que soit leur barème.
Au vu des promotions des années précédentes, nous avons démontré l’inutilité effective des avis EXCEPTIONNEL portés sur les échelons 7, 8, et 9 (aucune promotion en 2016). Au contraire, toujours en 2016, tous les collègues de l’académie à l’échelon 11 ayant reçu cet avis ont été promus (même si ça ne préjuge en rien de ce qui se fera cette année).
Nous avons insisté pour que les chefs d’établissement attribuent la totalité des 20% d’avis TRES FAVORABLE dont ils disposent conformément à la réglementation car nous avons constaté qu’un nombre significatif d’entre eux limitent ces avis, certains allant même jusqu’à n’en émettre aucun !
Rappelons que pour prétendre à l’appréciation EXCEPTIONNEL du Recteur et aux 90 pts qui y sont associés, il faut bénéficier des avis TRES FAVORABLE du CE et de l’IPR.
Nous avons signalé au corps des IPR la déperdition des possibilités de promotion par la répartition inefficace de ces mêmes avis, attribués majoritairement à l’échelon 10 dans certaines disciplines.
Nous avons dénoncé les dégradations des avis s’appuyant uniquement sur les services de l’année passée. Le dossier de promotion à la hors-classe se distingue de l’évaluation annuelle, et doit prendre en compte l’ensemble des éléments d’une carrière.
Il a été rappelé que toute dégradation d’avis d’une année sur l’autre doit être motivée littéralement et expliquée aux intéressés par les notateurs, ce qui, hélas, n’a pas toujours été le cas.
La liste des collègues proposés est réduite par l’obligation faite au Recteur d’y inscrire, hors barème, tous les collègues à l’échelon 11 + 4 avec au moins l’avis TH et tous les collègues gratifiés d’un avis EXCEPTIONNEL, quel que soit leur échelon. De ce fait, la "barre" du dernier inscrit au barème, fixée cette année à 240 pts n’aura de sens que pour les seuls collègues retenus … au barème.
La CAPN des 27, 28 et 29 juin étudiera les dossiers des collègues proposés par les académies et prononcera les promotions.

Par leurs revendications et les actions menées avec pugnacité ces dernières années, les syndicats de la FSU ont contraint le ministère à abandonner la constante référence à la très subjective notion de « mérite » pour privilégier celles de « valeur professionnelle », de déroulé de carrière et d’ancienneté de corps et d’échelon, faisant ainsi de la hors classe le débouché naturel de nos carrières et permettant l’ouverture aux indices de traitement de l’ échelle B.
La CAPA de promotion à la Hors classe des agrégés 2017 verra la mise en place du PPCR et les modalités d’étude des dossiers n’ont pas encore été fixées. Nous resterons cependant vigilants pour que l’évaluation de ces parcours professionnels ne soit pas détournée par les personnels d’encadrement au bénéfice d’un petit noyau d’élus et au détriment de la majorité des collègues pour lesquels elle doit permettre une réelle revalorisation des carrières et des salaires.