Infos SNES Actualités (9 novembre 2008)

dimanche 9 novembre 2008
popularité : 1%

Sommaire :

  1. Grève le jeudi 20 novembre
  2. Autres actions proposées...
  3. Suppression de l’ITR
  4. Mutations 2008
  5. Élections professionnelles

1. Grève le jeudi 20 novembre

Après la grève du 2 octobre, la manifestation nationale du 19 octobre qui a réuni 80 000 personnes dans les rues de Paris, le SNES, le SNEP, le SNUEP – syndicats de la FSU – le SE-UNSA, le SNALC-CSEN, l’UNSEN-CGT, la CGC et le SNETAA ont décidé, dans le 2nd degré, de rejoindre l’intersyndicale 1er degré – SNUipp, SE et SGEN – dans la grève ce jeudi 20 novembre.

Vous trouverez à http://www.snes.edu/IMG/pdf/Pages_de_USMAG_673.pdf le 4 pages national sur le sujet.

La plateforme fait la synthèse des revendications puisqu’il s’agira de demander :

  • Un budget 2009 à la hauteur des exigences, ce qui nécessite notamment de revenir sur les suppressions de postes prévues ;
  • Une rénovation du système éducatif avec comme axe principal la réussite et l’élévation de la qualification de tous les jeunes, ce qui va de pair avec l’amélioration des conditions de travail des élèves et des personnels ;
  • Le maintien et le développement du paritarisme et des droits syndicaux ;
  • Un véritable dialogue social sur les questions éducatives, ce qui nécessite que toute réforme prenne en compte les propositions des personnels, des parents, des élèves et de leurs organisations représentatives ce qui exclut la précipitation dans laquelle le ministère entend actuellement travailler ;
  • La revalorisation de l’ensemble des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation ;
  • Une réforme des lycées reconnaissant les apports disciplinaires, respectant les métiers, définissant des parcours cohérents dans les 3 voies de formation pour mener davantage de jeunes au Baccalauréat, examen national garantissant l’accès à l’Université.

S’agissant de La Réunion, le SNES, pour ce qui le concerne, appelle chacun :

  • à faire grève ce jeudi 20 novembre ;
  • à participer massivement aux manifestations qui seront organisées ce jour là.

Sur ce dernier point, quelle que soit la décision de l’intersyndicale qui pourrait, comme elle en a hélas l’habitude, n’appeler qu’à une seule manifestation à St-Denis, le SNES – rejoint en cela par le SAIPER et la CFTC – organisera une manifestation à St-Pierre ce même jour.

À ceux qui se montrent sceptiques quant à l’efficacité de ces actions, le SNES invite chacun à mesurer le « bouger » de Xavier Darcos sur la réforme des lycées. Au lendemain de la grève du 7 octobre et de la manifestation du 19 octobre, la réforme des lycées se présente différemment. Le ministre est contraint de renoncer au dogme des 27 heures et d’affirmer que l’horaire de seconde passe à 30 heures, que la voie technologique serait préservée, le service des enseignants resterait défini sur une base hebdomadaire et le baccalauréat ne serait pas remis en cause. Quant à l’organisation modulaire, elle ne concernerait plus le tronc commun, qui inclurait les “sciences expérimentales”.

L’action syndicale porte donc ses fruits. Il faut poursuivre car le projet n’est toujours pas acceptable. Le mystère plane sur le cycle terminal et sur l’avenir de certains enseignements, la suppression des séries n’est pas démentie et rien n’est dit de l’horaire professeur de chaque discipline.

Le SNES demande que la réforme ne soit pas mise en place en 2009 pour permettre la consultation des personnels et le débat approfondi que nécessiterait une réforme sérieuse du lycée.

Retour au sommaire

2. Autres actions proposées…

Alors qu’au niveau national sont programmées des “États généraux des lycées” le 29 novembre, à La Réunion, plusieurs actions sont programmées, actions auxquelles le SNES appelle à participer :

  • Assises de l’Éducation ” le samedi 22 novembre dans le « Parc du 20 décembre » à St-Leu (en face de la mairie) toute la journée sur la base de « L’École n’est pas une dépense mais un investissement ». Le SNES y tiendra un stand et interviendra évidemment dans tous les débats qui se dérouleront.
  • Nuit des écoles ” : il s’agit d’organiser dans le plus grand nombre d’établissements scolaires (écoles primaires, collèges ou lycées) une occupation dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 décembre – le 6 décembre étant la St-Nicolas !.. :-) Il s’agit évidemment d’avoir une couverture médiatique la plus importante possible et ceci ne pourra se faire que si dans chaque établissement s’organise cette action. Si la participation dans votre établissement se révèle insuffisante, il faut envisager de regrouper les forces avec les établissements voisins et concentrer alors ces forces sur l’un d’eux.
  • En cette période de conseils de classe de fin de 1er trimestre, le SNES suggère à chacun de voir avec les collègues de son établissement dans quelle mesure il serait possible d’ organiser… la désorganisation en ne communiquant ses notes et appréciations trimestrielles que sous forme papier. Cette action, là encore, ne peut être envisagée individuellement. Il faut un nombre significatif de collègues pour que cette action ait une incidence réelle.
  • Certains lycées proposent également de s’inviter aux rencontres parents-profs de 3ème des collèges de leur secteur afin d’alerter les parents sur la réforme du lycée dès la rentrée prochaine pour leurs enfants. Cela doit se faire en concertation avec les collègues des collèges concernés. L’information peut être faite également lors des réunions parents-profs des lycées.

Retour au sommaire

3. Suppression de l’ITR

La réforme de l’ITR vient d’être votée à l’Assemblée nationale en l’absence des députés de l’Outre-mer qui, contrairement à leurs engagements, ont brillé par leur absence. Les arguties qu’ils présentent pour justifier cette absence sont assez pitoyables car comment pouvaient-ils ne pas savoir quand passerait l’article 63 et comment pouvaient-ils imaginer un seul instant que leurs amendements avaient quelque chance d’être votés en leur absence et sans qu’ils prennent la peine de les défendre ? Poser la question, c’est y répondre…

Il reste le passage au Sénat, passage dont il serait assez illusoire d’attendre un infléchissement du texte. On peut même imaginer que certains sénateurs – qui se sont fait une spécialité depuis des années de pourfendre les « privilèges » de l’Outre-mer, tels Jean Arthuis et quelques autres – pourraient même proposer et obtenir que le texte soit encore plus mauvais… La sénatrice Gélita HOARAU que nous avons rencontrée se montre assez pessimiste…

Sans vouloir à tout prix cultiver l’amalgame, il nous semble que, localement, la plateforme du 20 novembre doit également porter sur l’abandon de cette réforme de l’ITR.

Retour au sommaire

4. Mutations 2008

Cette année, le ministre poursuit la mise en œuvre d’une gestion arbitraire des mutations. Dans la note de service « mouvement 2009 », au prétexte d’une gestion qualitative individualisée, il insiste encore plus sur le caractère « indicatif » du barème. Il s’applique à développer les situations « justifiant » des affectations que l’administration pourra réaliser sans respecter le barème et, pour certaines, sans examen en commission. Pour cela, il appelle les recteurs à multiplier les postes profilés et à faire des affectations « sans s’appuyer sur des critères de classement barémés » pour toutes les situations humaines qui l’exigent... Il ouvre ainsi la porte au fait du prince, à tous les passe-droits et clientélismes. « Le droit des personnes à un traitement équitable lors de l’examen de leur demande de mutation est garanti » : la formule devient très théorique.

Il va de soi qu’à La Réunion comme ailleurs, le SNES demandera, dans l’unité syndicale la plus large, le respect des barèmes.

Autre « nouveauté » : conséquence des suppressions de postes dans les services administratifs, le ministère et les rectorats sont incapables de renseigner efficacement les collègues. Qu’à cela ne tienne ! Le ministre vient de décider de confier à un prestataire privé le soin de mettre en place une plateforme téléphonique. À la Réunion, il faudra composer le 08 10 111 110. Il est même prévu que cette officine privée donne le résultat du projet de mouvement avant la tenue des CAPA ! niant ainsi leur rôle dans l’amélioration du mouvement et, ce, au motif que les commissions ne changeraient que 10 % du projet.

Le SNES s’indigne évidemment de cette privatisation qui va permettre à des officines privées à but hautement lucratif d’avoir à connaître de la situation personnelle des collègues, dénonce l’atteinte au paritarisme que constitue la publication anticipée des résultats et se montre, par ailleurs, plus que sceptique quant à la capacité de ces officines privées à conseiller et renseigner efficacement les collègues.

La saisie des vœux de l’inter aura lieu du jeudi 20 novembre à midi au lundi 8 décembre à midi (heure de métropole). Pour le calendrier détaillé, consultez le site du SNES Réunion. La publication spécial inter nationale a été envoyée vendredi, elle est consultable sur le site national (http://www.snes.edu/IMG/pdf/Mutations2009_BD.pdf). La publication locale, spécial inter, sera sur le site académique en fin de semaine et envoyée au plus vite, en espérant que la poste ne mettra pas 15 jours pour l’acheminer comme elle l’a fait pour le dernier Snes-info.

Retour au sommaire

5. Élections professionnelles

  • Le scrutin se déroulera le mardi 2 décembre. En dehors des professeurs de chaire supérieure qui ne votent que nationalement, chacun est invité à voter pour élire les commissaires paritaires appelés à les représenter nationalement aux CAPN et académiquement aux CAPA de leur corps.
  • Les stagiaires, ex titulaires d’un autre corps, votent dans leur ancien corps (par exemple, un collègue certifié, stagiaire agrégé, vote dans le corps des certifiés).
  • Les listes électorales doivent être affichées dans les établissements et chacun est instamment prié de vérifier qu’il figure sur ces listes.
  • Les TZR votent dans leur établissement de rattachement et ils ont droit à une autorisation d’absence pour aller voter ce mardi 2 décembre.
  • Le vote par correspondance est obligatoire pour les collègues en congé (maladie, de formation, etc.) et de droit pour tous les autres. Si, donc, vous ne travaillez pas le mardi, veillez à vous faire donner le matériel électoral (enveloppe T pré affranchie à l’adresse du bureau de vote, enveloppe à renseigner et émarger, 2 enveloppes anonymes destinées à recevoir vos bulletins de vote national et académique). Le vote doit être arrivé au bureau de vote avant le 2 décembre à 17 h, clôture du scrutin. Attention aux délais de routage de votre courrier !
  • Attention de voter avec le bulletin de vote et non la profession de foi ! Chaque scrutin nous montre, hélas, la nécessité d’un tel rappel…
  • Le vote par dépôt est totalement prohibé (contrairement au vote pour le C.A. de l’établissement).
  • Les non titulaires – M.A., contractuels ayant des contrats de 6 mois à la date du scrutin, Assistants d’éducation, AVS, Assistants de langues, etc. – votent par scrutin « référendaire » uniquement par correspondance. Chacun d’eux doit donc se voir confier, outre le matériel précédemment décrit pour les titulaires, les professions de foi des différents syndicats candidats à ces deux scrutins. Leur bureau de vote est le rectorat et ce vote doit, là aussi, être parvenu avant le 2 décembre à 17 h.
  • Ces élections sont très importantes. Elles permettent, tous les trois ans, de déterminer la représentativité des différents syndicats et, accessoirement, les moyens en termes de décharges horaires que le ministère attribue aux syndicats.

Un Snes-info spécial élections professionnelles est actuellement chez l’imprimeur et en ligne à : http://www.reunion.snes.edu/IMG/pdf/Snes-info_163_elections_professionnelles_web.pdf

Le 2 décembre, votez, votez bien, votez et faites voter SNES !

Retour au sommaire

À suivre…

Lionel MILLOT

Co-Sec. acad. adjt


Navigation

Articles de la rubrique