CAPA de Promotion à la hors classe des agrégés

Déclaration liminaire des syndicats SNES - SNEP - SNESup (FSU)
jeudi 2 mai 2013
par  Santiago Alonso
popularité : 1%

Déclaration liminaire du SNES, SNEP et SNESup (FSU)
CAPA de promotion à la hors classe des agrégés
30 avril 2013

Monsieur le Recteur, Mesdames et Messieurs, Chers collègues,

La CAPA de promotion à la hors classe de 2012 fut pour les syndicats de la FSU (SNES, SNEP et SNESup) l’occasion de dénoncer les effets pervers d’une note de service qui avait été pensée et tournée pour réduire les dépenses budgétaires en filtrant les promotions et en limitant l’accès au grade supérieur d’un « trop grand nombre » de collègues parmi les plus proches du départ à la retraite. Nous nous félicitons cette année que nos protestations et nos actions auprès du ministère aient amené l’administration à retoquer en partie les clauses qui imposaient la sélection des seuls dossiers ayant un avis « exceptionnel » ou « remarquable » et nous approuvons le retour à des orientations plus en accord avec l’esprit de ce type de promotion.
Lors de sa création en 1989, la hors classe des agrégés a été voulue comme un moyen, une solution, pour revaloriser les fins de carrières.
Du reste, si on se penche sur les modalités d’application, on constate que seuls les collègues ayant une ancienneté d’au moins 4 ans dans le 11ème échelon de la classe normale en retirent un bénéfice immédiat. Pour les autres, ça reste pendant un certain temps, parfois assez long, un titre purement honorifique.
Il faut donc en priorité proposer les collègues qui arrivés en fin de parcours y trouveront la juste récompense d’une « dure vie de labeur ».

La circulaire le dit clairement ; même sans un être un féru d’herméneutique on en saisit assez bien le sens :
« Vous veillerez en conséquence à reconnaître les mérites des professeurs agrégés les plus expérimentés et les plus qualifiés. Vous porterez une attention particulière à l’examen des dossiers des professeurs agrégés qui, lauréats du concours de l’agrégation, ont parcouru l’ensemble des échelons de la classe normale et dont les mérites sont avérés. »

Inscrire sur la liste des enseignants proposés une forte proportion de 10 ème échelon, passe encore, puisqu’ ils sont les plus nombreux, mais pour ceux au 9ème, c’est parfaitement inutile, ils ne seront pas retenus en CAPN et c’est même injuste puisque, par le jeu des quotas alloués à l’académie, ils vont empêcher des collègues tout aussi « méritants » et bien plus expérimentés de profiter de cette promotion à effet immédiat pour eux.

Et puisqu’il en est question, nous déplorons la constante référence à cette notion de « mérite » qui sous-tend et conditionne les appréciations de la hiérarchie. Nous souhaiterions que l’on nous donnât une définition juste de ce qu’est le mérite chez un professeur.
En quoi est-ce que ça consiste ?
Que l’on nous brosse un portrait précis du prof méritant.
Le mérite, est-ce comme le dit le Littré : « ce qui rend quelqu’un digne de récompense ou de punition » ?
Nous voilà bien avancés !

Littré qui rajoute que, «  par dérision, faire valoir tous ses mérites, (c’est) exagérer ses services ».
Certains collègues se vendraient-ils mieux que d’autres ?
Nous revoilà bien avancés !!

le Larousse nous dit que le mérite, c’est l’ « Ensemble des qualités intellectuelles et morales particulièrement dignes d’estime  ».
Donc si on surestime les uns c’est qu’on sous-estime forcément les autres ?
Les CE et les IPR pèsent déjà lourdement sur l’avancement des collègues en leur attribuant des notes qui conditionnent le rythme d’avancement de leur carrière : grand choix, choix, ancienneté… Nous demandons donc que la prépondérance qui est donnée aux avis des chefs d’établissement et des IPR soit revue à la baisse et que soit avant tout privilégié le déroulé de carrière.
D’abord parce que tous n’ont pas la chance d’avoir fait l’objet d’une inspection bienveillante assez récente (je dis « bienveillante » parce que nous voyons fleurir depuis quelque temps les inspections sur commande destinées à sanctionner ou à intimider plus qu’à évaluer avec sincérité) et parce que tous n’ont pas la chance d’avoir affaire à des supérieurs suffisamment « méritants » pour être à égalité de chances avec les promouvables d’autres disciplines.

Reste que cette appréciation sur le mérite, portée sur une carrière, même quand elle ne débouche sur aucune promotion, est essentielle pour les collègues et peut être ressentie comme une brimade par certains quand elle fluctue d’une année sur l’autre. Comment expliquer que la carrière d’un professeur passe « d’exceptionnel(le) » à « remarquable  », de « remarquable » à « très honorable  », sans qu’on en justifie la dépréciation autrement que par le bon vouloir de la personne chargée d’en apprécier la valeur ?
Nous demandons donc que l’on reconduise les avis positifs au fil des ans de sorte que les collègues gagnent des places dans la liste jusqu’à être proposés et enfin promus.
Ça ne serait que justice.

Nous avons constaté des déséquilibres dans la répartition par avis en fonction des disciplines.
Nous nous sommes livrés à de nombreux calculs statistiques, que nous tenons à votre disposition, et qui sont sur ce point assez significatifs, comme vous pourrez le constater lors des débats.

Nous n’évoquerons pas la question de la parité, si ce n’est pour nous étonner de la prépondérance des hommes parmi les agrégés, même si la proportion des promouvables, à 1 pt près, respecte un certain équilibre entre sexes.

Nous remercions bien sûr les collègues des services administratifs pour la qualité des documents et la célérité avec laquelle ils les ont mis à notre disposition, en déplorant cependant qu’on ne nous ait pas fourni plus tôt le document des «  proposés par discipline » dont on vient de nous remettre un exemplaire à l’instant, puisque c’est sur cette base que cette CAPA va travailler.

Nous souhaiterions enfin, qu’à l’issue de la séance, l’administration procède posément à un inventaire détaillé des collègues proposés pour qu’il ne subsiste, cette année, aucun doute sur les « inscrits » dont le nom remontera au ministère pour être examiné en CAPN.

Merci